News

Gaz de schiste : 3 permis de recherche abrogés

Le gouvernement a annoncé hier en fin de journée l’abrogation des permis de recherche de gaz de schiste accordés au groupe Total et à l’Américain Schuepbach. Une victoire en demi-teinte pour les opposants mobilisés contre l’exploitation des gaz de schiste puisqu’il reste encore 61 permis non abrogés. Les 3 permis de recherche de gaz de schiste abrogés concernent Nant (détenu par la société Schuepbach), Villeneuve-de-Berg (Schuepbach) et Montélimar (groupe Total). Le plateau du Larzac ne devrait donc finalement pas ressembler aux plaines texanes, comme pouvaient le craindre nombre de riverains et d’opposants au projet. 

 En fait, au 13 juillet 2011, 64 permis “exclusifs de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux“ avaient été accordés. Il a été demandé à leurs titulaires de remettre avant le 13 septembre dernier “un rapport précisant les techniques employées ou envisagées dans le cadre de leurs activités de recherches“. Mais surtout, ils devaient démontrer la pertinence de leurs recherches “compte tenu des nouvelles conditions de l’exercice (….) définie dans la loi“, c’est-à-dire sans utiliser la technique de

fracturation hydraulique, légalement interdite. Cette technique consiste à fracturer la roche avec de l’eau pressurisée. Mais cette eau contient également des microbilles de sables ainsi que des produits chimiques, dont les fabricants refusent de divulguer la liste. Au final, cette technique est donc susceptible d’entraîner une pollution chimique, des risques pour les riverains en cas de failles et une énorme consommation d’eau demandée. Suite à la remise de ces rapports, les 3 permis sus-cités ont été abrogés tandis que les 61 autres restent en cours de validité. Le communiqué du ministère précise d’ailleurs “les détenteurs n’ont pas prévu de rechercher des gaz et huiles de schiste ou y ont renoncé pour se limiter à des gisements conventionnels“, précisant que “tous ont pris l’engagement formel de ne pas recourir à la fracturation hydraulique“. Une décision qui n’est pas goût du tous, notamment des opposants qui, s’ils saluent l’abrogation de 3 permis, restent en alerte… Ainsi, le collectif 07 “stop au gaz de schiste“ estime que “en abrogeant les 3 permis sur les territoires où la mobilisation est la plus forte et la mieux organisée, le gouvernement espère casser la dynamique de lutte sur tout le territoire national. Pour les 61 autres permis non abrogés, par ce communiqué, le Gouvernement rassure les foreurs et donne carte blanche aux industriels pour continuer l’exploration et/ou l’exploitation de ces couches géologiques“. Malgré l’abrogation des 3 permis, écologistes et riverains appellent à rester mobilisés et à continuer de manifester leur mécontentement. Yamina Saïdj Sources : – “Hydrocarbures : Le Gouvernement annonce que trois permis exclusifs de recherche seront abrogés“, Communiqué de presse, Ministère du développement durable, des Transports et du Logement, Ministère de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, 3 octobre 2011 –

“Abrogation des permis : victoire partielle et piège“, collectif 07 “stop au gaz de schiste“, 3 octobre 2011 Photo : Manifestations contre les gaz de schiste à Nant, 17 avril 2011 © Damourette/SIPA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *