News

Les boissons énergisantes dangereuses pour les jeunes ?

Les boissons énergisantes, ou Energy drinks, contiennent une quantité beaucoup plus importante de caféine que les colas. Cette teneur élevée est-elle dangereuse, en particulier pour les enfants et les adolescents ? Oui, selon une étude rétrospective publiée dans la revue Pediatrics qui conclue à la nécessaire vigilance sur ces produits.

Depuis quelques années, les boissons énergisantes ont envahi les linéaires des supermarchés et des épiceries, sans oublier les comptoirs des bars et discothèques. Leur principal principe actif :

la caféine.
La caféine, la substance psychoactive la plus répandue dans le monde
La caféine agit notamment sur les vaisseaux cardiaques et cérébraux, stimule les muscles, accélère la fréquence cardiaque et peut influer sur la ventilation.
Les auteurs de l’étude, basée sur l’analyse de plusieurs travaux scientifiques et parue dans Pediatrics le 14 février 2011, rappellent qu’une consommation trop importante, de 4 à 12 mg par kg de poids par jour, expose à des effets indésirables : anxiété, agitation, maux de tête, fatigue, irritabilité, insomnie, tachycardie ou palpitations. D’autres effets plus graves peuvent survenir en cas d’intoxication.
Chez les enfants, la caféine peut aussi augmenter la pression artérielle, provoquer des troubles du sommeil.
Il est donc recommandé, en particulier pour les enfants et adolescents, de ne pas dépasser 3 mg/kg/jour de caféine. Or ce taux est quasiment atteint avec une seule cannette de Red Bull prise par un pré-ado de 35 kg…
Les enfants et ados exposés à des doses élevées de caféine

La caféine est donc le principal ingrédient actif des boissons énergisantes, à une concentration environ 3 fois plus grande que celle des sodas à base de cola. Sous la forme “shots“ (mini-cannettes destinées à être bues d’un seul coup), la concentration en caféine peut même atteindre 5 fois celle d’un cola ! De plus certains additifs, comme le guarana, contiennent une dose supplémentaire de caféine (40 à 80 mg supplémentaires par gramme de guarana) non prise en compte…
Or selon les études analysées par les auteurs, environ 30 % des enfants de 10 à 13 ans allemands ont déjà bu ce type de boissons. Un chiffre comparable est retrouvé pour les enfants de 12 à 14 ans en Angleterre, et il y a fort à parier qu’une partie des collégiens français sont dans le même cas. 30 à 50 % des plus grands (adolescents et jeunes adultes) en consomment également, dans un cas sur deux environ en association avec de l’alcool.
En cumulant cette consommation avec celle de colas, la dose quotidienne de 3 mg/kg/jour de caféine est logiquement dépassée par 70 % des enfants de 5 à 12 ans et 40 % des adolescents de 13 à 19 ans, selon une étude néozélandaise relevée par les auteurs.
46 % des “overdoses“ de caféine chez des jeunes de moins de 19 ans aux Etats-Unis
En 2007, l’American Association of Poison Control Centers a recensé 5 448 appels pour des symptômes évoquant une intoxication à la caféine : 24 % de ces appels concernaient des enfants de 6 à 19 ans, 22 % des enfants de moins de 6 ans.
La survenue de ces intoxications, considérées comme relativement sévères dans 10 % des cas, pose donc question, non seulement sur la consommation importante de colas avec caféine, mais aussi sur la disponibilité et la publicité pour les Energy drinks, d’autant que d’autres ingrédients de ces boissons sont mal connus et peu étudiés.
Avertir les pédiatres

Cette étude, publiée dans une revue de référence, a pour objectif tout d’abord de sensibiliser les pédiatres aux effets possibles de la consommation de telles boissons. La question “Est-ce que tu bois des Energy drinks ?“ pourrait donc faire partie à l’avenir de l’interrogatoire en consultation d’un pré-ado ou d’un ado, au même titre que les questions concernant l’alcool, le tabac ou le cannabis, en particulier pour les jeunes patients présentant un diabète, une hypertension ou une anomalie cardiaque.
Les auteurs appellent donc à la réalisation d’études sur le long terme, “afin de mieux définir la dose maximale quotidienne sans danger et les effets d’une prise chronique de ces boissons“, en particulier chez les personnes à risque (pathologie pré-existante, mais aussi sportifs, qui en prennent juste après un effort intense).
En attendant la réalisation et la publication de telles études, faut-il interdire la vente de ces boissons aux mineurs, à l’instar de l’interdiction de la vente de tabac et d’alcool ? Ou restreindre les possibilités de publicité à destination des plus jeunes ?
En tout cas il semble sage de ne pas laisser ses enfants ou pré-adolescents boire de telles boissons, et de sensibiliser les adolescents et jeunes adultes à la quantité importante de caféine contenue dans ces cannettes, si flashy et “branchées“ mais qui peuvent, dans certains cas, s’avérer dangereuses pour la santé.
Jean-Philippe Rivière
Source : “Health Effects of Energy Drinks on Children, Adolescents, and Young Adults“, Seifert SM et coll., Pediatrics, 14 février 2011, étude

téléchargeable en ligne
Photos :
– Jeune fille buvant du Red Bull, © SIMON ISABELLE/SIPA
– Autre jeune fille buvant une boisson énergisante, © Distribution/NEWSCOM/SIPA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *