News

Plan de santé mentale : bilan mitigé ?

Pour faire face au manque de lits et de personnel en psychiatrie et pour réagir à plusieurs faits-divers, le gouvernement a lancé début 2005 son “Plan de santé mentale“. Le but ? Améliorer la répartition géographique des psychiatres, donner plus de moyens aux structures d’accueil, augmenter le nombre de places en psychiatrie, et initier de grandes campagnes d’information. En août 2005, Xavier Bertrand, ministre de la santé, annonçait que des crédits avaient déjà été distribués (17 millions d’euros) et promettait une rallonge de 44 millions pour 2006. Un an après le lancement de ce plan ambitieux, où en est-on ? Pas très loin, selon les Cliniques psychiatriques de France, association qui regroupe les établissements privés du secteur.
Ces professionnels soulignent ainsi une montée des hospitalisations dans le privé, notamment dans les domaines des addictions ou des pathologies liées à l’âge, sans bénéficier pour autant des moyens promis pour augmenter les capacités d’accueil. La situation est également problématique en pédopsychiatrie. Il n’est ainsi pas rare de voir trois à quatre mois d’attente pour la prise en charge des problèmes d’anorexie.
Pour les cliniques privées, il ne faut pas que ces établissements soient les laissés pour compte du plan de santé mentale, alors qu’ils accueillent 120 000 patients chaque année (20 % des hospitalisations psychiatriques).
Mais il n’est pas sûr que leurs demandes soient entendues. Le ministre avait réalisé un premier point d’étape en janvier 2006, uniquement axé sur la sécurisation des établissements publics. On espère que cette fois les autres champs d’action prévus ne seront pas oubliés…Source : Communiqué de presse des cliniques privées, avril 2006, et communiqué du ministère de la santé, janvier 2006.Click Here: los jaguares argentina

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *