News

Alzheimer : ressasser trop souvent des émotions négatives pourrait augmenter les risques

Selon une nouvelle recherche franco-anglo-canadienne, certaines caractéristiques de l’anxiété ou de la dépression, comme le fait de ruminer constamment des idées sombres, peuvent favoriser l’apparition de la maladie d’Alzheimer chez les personnes âgées de 55 ans et plus.

L'étude suggère que les schémas de pensées négatives répétées pourraient être la principale raison pour laquelle la dépression et l'anxiété contribuent au risque de maladie d'Alzheimer.<br />

Broyer trop souvent du noir pourrait accroître le risque de développer un déclin cognitif et plus spécifiquement la maladie d’Alzheimer. Telles sont les conclusions d’une recherche parue dans 

Alzheimer’s & Dementia. Réalisée par des chercheurs de l’université de Caen-Normandie (France), de l’university College de Londres (Angleterre) et de l’université McGill (Canada), l’étude a analysé les facteurs de risques de démence chez 292 patients âgés de plus de 55 ans. Suivis pendant deux ans, les participants ont répondu à des questions visant à renseigner les chercheurs sur leur propension à se focaliser sur les émotions négatives (rumination du passé, inquiétude pour l’avenir), ainsi qu’à mesurer leur taux d’anxiété et de dépression. Les capacités cognitives des participants ont également été évaluées, notamment la mémoire, l’attention, la cognition spatiale et le langage. Une partie des personnes suivies (113) a passé des scanners cérébraux TEP, examens qui servent à mesurer les dépôts de Tau et amyloïde, deux protéines responsables de la maladie d’Alzheimer lorsqu’elles celles-ci s’accumulent dans le cerveau.

D’après les résultats de l’étude, la dépression et l’anxiété ont été associées à un déclin cognitif ultérieur mais pas à un dépôt d’amyloïde ou de Tau, ce qui laisse penser que les schémas de pensées négatives répétées pourraient être la principale raison pour laquelle la dépression et l’anxiété contribuent au risque de maladie d’Alzheimer. “La dépression et l’anxiété au milieu de la vie et dans la vieillesse sont déjà connues comme des facteurs de risque de démence. Ici, nous avons constaté que certains schémas de pensée impliqués dans la dépression et l’anxiété pourraient être une raison sous-jacente pour laquelle les personnes atteintes de ces troubles sont plus susceptibles de développer une démence“, observe Natalie Marchant, docteure en psychiatrie à l’university College de Londres et autrice principale de la recherche. “Nos pensées peuvent avoir un impact biologique sur notre santé physique, qui peut être positif ou négatif. Les pratiques d’entraînement mental telles que la méditation peuvent aider à promouvoir des schémas mentaux associés à des aspects positifs tout en régulant à la baisse les aspects négatifs“, souligne Dr Gael Chételat, chercheur à l’université de Caen-Normandie et à l’Inserm, qui a participé à l’étude.Click Here: Cheap FIJI Rugby Jersey

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *